sauveur en péril

Publié le par juliettekeating.over-blog.com

    Dimanche 15 mai 2011, au petit matin, les français abasourdis apprenaient que leur sauveur était entre les mains de la police New Yorkaise. Au bal des cocus, le coq gaulois n'est jamais dernier.

chimp

           Las! Le sauveur tant espéré n'était qu'un « chimpanzé en rut », lequel tomba au bas de l'arbre tel un fruit prématurément pourri au milieu du printemps. Pourtant, il rayonnait du haut des sondages, l'ex-sauveur, comme si rien ne pouvait l'atteindre en cet Himalaya. Certains se moquaient de son train de vie, ses virées en Porsche, les factures de son tailleur. Lui jugeait tout cela raisonnablement confortable et, sans perturbation, poursuivait son trajet sur des rails dorés à destination de l'Élysée. D'autres, extrémistes au mauvais esprit, l'avaient condamné d'avance, mais ça ne le touchait pas plus qu'un refus de soumission prononcé par une jeune femme dont chacun sait que, comme toutes les femelles, lorsqu'elle dit non, le mâle doit comprendre oh oui.

          L'ex-sauveur est nu, pris dans un piège fou ou piégé par sa folie. Et les journalistes, faussement pudiques, d'avouer qu'ils en savaient des choses, et depuis longtemps ma bonne dame, mais chut! ils ne nous avaient rien dit. Car le français reste, par tradition, un libertin dont la vie privée demeure sacrée. Sacrés secrets, se disent les français qui ne peuvent refréner un sentiment d'amertume devant l'image de leur ex-sauveur menotté par les amerloques. On le savait un peu trop porté sur la chose, le bougre, mais violent non pas.

     C'est ainsi que l'opinion publique découvre qu'à grand renfort d'éditoriaux zélés, d'articles complaisants et de reportages serviles, le monde médiatico-politique avait voulu lui vendre, en guise de sauveur de la France, non seulement un authentique libéral mal grimé en homme de gauche, mais aussi un pervers pulsionnel et agressif.

         Le grand show de la présidentielle must go on... A qui le tour ?

Commenter cet article