sa vie pour trois euros

Publié le par juliettekeating.over-blog.com

televente.jpg

       Débit saccadé, voix nunuche et haut perchée, elle ne te laisse pas le temps d'en placer une : elle doit lire son texte jusqu'au bout, dans un souffle. En bruit de fond grésillent d'autres voix, ténues, brouillées. Tu imagines un essaim servile, un casque léger, un micro pour chacune : les petites abeilles de la télévente alignées à l'infini. Parler, parler vite et vendre : il faut faire le miel des actionnaires. Combien sont-elles qui vomissent leurs arguments en rythme aux oreilles impatientes? Où sont-elles? Combien gagnent-elles à te pourrir ta matinée? Combien de fois se sont-elles fait traiter de pétasse par le manager dans les dernières vingt-quatre heures?

      D'ordinaire tu lui raccroches au nez en gueulant merci j'ai besoin de rien. Aujourd'hui, tu demeures silencieuse, immobile, fascinée par cette voix de mitraillette qui te vend un abonnement, un forfait, comme elle vendrait son rein. Son truc à trois euros, tu n'en veux pas. Elle continue, s'accroche, ne lâche pas, c'est sa vie qu'elle te vend. Franchement, tu n'en as pas l'utilité, excusez-moi. Sa vie, elle peut se la garder. Tu n'as pas compris, alors elle reprend, plonge au fond de l'argumentaire, te lis tout, tout ce qu'on peut dire pour te convaincre à été prévu, calibré en fonction de tes réponses, de tes goûts, de tes habitudes, est-ce que tu as des enfants?

     Ah, tes enfants... Ils sont petits, l'avenir est à eux. L'un hésite entre pompier et superhéros, l'autre ne sait pas s'il veut être cinéaste, écrivain, ou les deux. Et elle, elle rêvait de quoi quand elle était petite? Rêve-t-elle encore aujourd'hui? Pas le temps : il faut lire, sans trébucher, il faut vous faire bénéficier de notre offre exceptionnelle. Le manager l'écoute. Est-elle assez tenace, assez convaincante? Il va la virer cette pétasse, c'est sûr, mais quand? Tu cèdes. Elle n'en croit pas ses oreilles, t'envoie un mail tout de suite, tu pourrais te raviser, vite tu dois cliquer pour confirmer que tu acceptes de te faire avoir de ton plein gré. Avant de raccrocher, elle t'avertit : ils vont te contacter pour savoir si tu es satisfaite, si elle t'a bien conseillé. Tu sais que tu devras te montrer très satisfaite, sinon, pour elle, c'est la porte.

        Et tu enrages de voir ton sens de l'humour se réduire comme peau de chagrin quand la comédie du pouvoir vire à la farce sous les yeux hébétés des esclaves.

 

Album-de-famille-des-francais-961-Les-standardistes

Commenter cet article