gestation stratégique

Publié le par juliettekeating.over-blog.com

Enceinte, pas enceinte? Carla Bruni garde un silence plus marketing que mystérieux...
            1178221756 cigogne

           Mais que sont devenues les cigognes d'antan? Égarés parmi les nuages qui flottent lourdement entre les toits des mégapoles, désœuvrés, au rancart, cloués dans leur nids obstruant les cheminées d'Alsace, les volatiles pourvoyeurs d'héritiers sont aujourd'hui obsolètes. Finies les roses surprises cachées au fond des baluchons de langes que l'on découvre un matin délicatement posées sur le seuil de la maison tandis que, dans un claquement de son long bec, la cigogne se réjouit du bonheur des nouveaux parents ébahis et radieux. Terminées itou, les promenades au jardin potager où, dans le crépuscule du soir, la future maman remarque parmi les rangs de crucifères, un chou un peu plus renflé que les autres et un peu plus bruyant aussi, se penche pour extraire d'entre les feuilles craquantes un nourrisson braillard, le portrait du papa. Oubliées les fillettes endormies au bord des pétales et que l'on ramène de la roseraie, gazouillantes, dans le panier du pique-nique.

         Aujourd'hui, plus de surprise, l'époque est acquise aux comptables. Pas question de laisser dame nature organiser à notre place : on gère les naissances comme les opérations marketing. Un bébé, ça se planifie; une gestation, ça se programme telle une campagne présidentielle.

        Mais quel est le bon moment? se demandent les futurs parents pris soudain de la terrible angoisse de l'erreur de calcul. Quel est le jour idéal pour tomber enceinte sachant que les demandes d'inscription en crèche doivent être impérativement déposées trois semaines avant tout rapport sexuel à visée procréatrice? Comment accoucher, sans gêner ni chiffre d'affaire ni bénéfices par une absence au bureau de six interminables semaines et, partant, nuire aux dividendes des actionnaires? Doit-on attendre d'avoir remboursé la moitié du crédit logement avant de rêver à un déménagement, ce qui donne un premier bébé au mieux dans quinze ans et le deuxième dix ans plus tard, abstraction faite des séparations et recompositions, statistiquement inévitables, intervenues entretemps? Des calculs à s'en donner la migraine. Force est de reconnaître que la hausse de la natalité française n'est que la conséquence des piètres performances gauloises en mathématiques.

             Heureusement, dans ce triste monde de la supputation et des intérêts, il reste des naissances qui gardent toute la fraîcheur et la spontanéité de l'heureux événement, des bébés surprises qui ravissent le couple qui n'osaient plus l'espérer. Alors, quand le miracle se produit, toutes les gazettes en parlent, l'incroyable nouvelle fait la une des journaux télévisés. On interroge la mère. Comment a-t-elle pu oser l'extraordinaire exploit de tomber enceinte en dehors de toute stratégie, faisant fi des problèmes de logement et de garde d'enfant, sans du tout se préoccuper du plan de carrière du futur papa et des exigences de son job pourtant si difficile? La future maman sourit non sans gentillesse et pose l'index sur ses lèvres closes. Elle dissimule ses rondeurs sous un châle. Chuuut! Il ne faudrait surtout pas que la vulgaire publicité et le tapage médiatique gâchent les douceurs de ce prodige admirable : un bébé purement gratuit.

 

Commenter cet article