caméléon

Publié le par juliettekeating.over-blog.com

 

1928622045 small 4Sans titre11928622045 small 5

 

   Cet homme à la parka tirée des malles d’un vieux campeur, sous laquelle dépasse la capuche molletonnée d’un sweat étalant sur la panse l’icône convenue du Che, attire sans délai le dédain des manifestants de bon aloi, telle la spinelle le mépris du voleur. Le pouvoir envoie ses sbires dans les cortèges, en habits d'employés,  de  prolos ( ne pas dire de racaille) pour mieux épier les opposants. Ainsi accoutré, le condé doit infiltrer la foule déambulante. C’est la belle technique des mouchards, à ne pas confondre avec le don du caméléon.

Reptile saurien à tête léonine, sans être rugissant, ni courageux et pas du tout cruel, le caméléon surveille le terrain conquis. Car il ne s’agit pas seulement de saisir l'insecte d’une langue élastique, il faut aussi se méfier des prédateurs : la pie fiscale, le serpent. Aussi l’animal doit-il adapter son épiderme aux nuances du feuillage et du temps. Croyant être, en ce beau camouflage, absolument indécelable, le caméléon guette. Détruit par l'avancée sans frein de la déforestation, il n'est pas la plus  jolie ni la plus engageante des créatures, mais reste l'une des plus antiques. Près de Dieu et du soleil, une fois grimpé en haut de l'arbre, il possède une patience que ni les primates déprimés, ni les tortues paisibles n'égalent. Le caméléon est un maître pour l'amateur de feintes. On le dit hypocrite, versatile, se transformant au gré de ses intérêts. Avide, l'animal à l'art de mentir et de se tapir longuement pour happer sa proie. Il examine tout, minutieusement, se méfie, attaque par derrière. On voit bien que le poulet n'a vraiment rien du caméléon.

 

Et le lecteur rien d'une taupe s'il n'a su déceler, au coeur de ce billet zoologique, le message subversif qui s'y cache. Il saute aux yeux, ci-dessous :

Lire la suite…

Publié dans bestiaire féroce

Commenter cet article